Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 21:42

 

 

 

Se lever vers 4 heures, dans une chaleur étonnante. Préparer du thé, le gâteau enveloppé dans un torchon, les tasses, des bougies. La voiture se glisse parmi les tentes endormies, le clair de lune, la voiture de Pierrette au bord du lac ... Morgane est là en même temps que nous.

 

Le lac lisse et paisible, les poissons qui jaillissent hors de l'eau, le reflet de la lune. Et pour les contes, un tapis, des bougies, l'hamonium de Morgane.

 

Voilà nos premiers spectateurs des amis, une quinzaine en tout accompagnés de quelques jeunes adolescents. Ils s'assoient, s'allongent sur des tapis et des couvertures.

 

Les contes peuvent commencer ...

 

Nos voix dans l'ombre, un silence, une douceur, une écoute étonnants ...

 

Quand la lumière commence à grandir derrière la colline, après une heure et demie de contes, nous nous taisons ....

 

Et là, avec le jour, nous voyons les visages de ceux qui nous ont écoutés, ceux que nous n'avions pas vus arriver, les regards pétillants, les sourires, les remerciements. Nous partageons longtemps le petit déjeuner, sans avoir l'envie de nous quitter.

 


 

 

SDC10281.JPG

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dame Béa - dans 2011
commenter cet article

commentaires

Béatrice Samson, Conteuse

  • : Le blog de Béatrice SAMSON
  • Le blog de Béatrice SAMSON
  • : Voyages au pays des contes de Béatrice Samson
  • Contact

Henri Gougaud



Que peuvent les contes ? Presque rien, mais beaucoup : nous aider à changer le regard que nous portons sur notre monde et sur notre vie. Nous réapprendre l'innocence. S'ils se sont obstinés à rester vivants jusqu'à nous, c'est peut-être pour nous dire ces nécessités là et nous les répéter sans cesse jusqu'à ce qu'enfin nous les entendions.
 


Le rire de la grenouille

Freud



Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre.